P1020376

Le SEDI et la LPO en faveur du moineau soulcie dans le Trièves

Le vendredi 8 mars, la Ligue de Protection des Oiseaux en Isère (LPO) a concrétisé son projet d’installation de nichoirs pour la préservation des moineaux soulcies à Saint-Jean-d’Hérans. Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une convention entre le SEDI et la LPO, œuvrant pour la préservation de la biodiversité dans les communes iséroises.

La journée a débuté par une présentation du projet par Rémi Fonters, responsable pôle conservation de la LPO Isère, à la Maison pour tous de Saint-Jean-d’Hérans, en présence de Bertrand Lachat, président du SEDI et de Catherine Giraud, présidente de la LPO Isère. Parallèlement, une animation auprès des scolaires a été proposée pour sensibiliser les enfants à la protection des oiseaux. En effet, le moineau soulcie est une espèce rare, menacée de disparition : la population iséroise est estimée à une vingtaine de couples seulement. Cette espèce n’est d’ailleurs plus présente que dans le Trièves.

Par la suite, 9 nichoirs ont été installés, chacun sur un poteau électrique, mis à disposition gratuitement par le SEDI, avec la collaboration d’Enedis (exploitant du réseau électrique) et de Citéos (prestataire chargé de la pose des nichoirs). Cette installation va aider à la nidification du moineau soulcie en augmentant son offre d’habitat, et elle va également permettre l’étude de ces oiseaux.

Le SEDI, souhaitant inscrire son activité dans le respect de la biodiversité, a également décidé d’accompagner financièrement la LPO dans l’accomplissement de ses missions. Une subvention de 20 276 € est attribuée en 2019 à la LPO, dont 1 000€ pour la pose des nichoirs, correspondant à plusieurs actions en faveur de la biodiversité (notamment : repérage des câbles aérien, prévention de la pollution lumineuse, mesure des impacts sur les chiroptères, actions pour la préservation du moineau soulcie : plus de détails ici.)

Selon l’impact de ces nichoirs, il est envisagé d’en installer d’autres dans des communes du Trièves où l’espèce est encore présente.

Le 21 mars 2019